simon.jpg

Les membres d‘honneur
de l‘Ecurie automobile du Comminges

Ils ont conquis des titres, gagnés des victoires
et marqués les faits de course
sur tous les circuits du Monde...


points.jpg

Maurice TRINTIGNANT,
1917 - 2005

Un Champion populaire, un palmarès prestigieux
surnommé Pétoulet par Jean Pierre Wimille, Maurice TRINTIGNANT a courru de 1938 à 1965, il a participé à toutes les plus grandes courses du monde, a conduit tous les genres de voitures du Rallye à la Formule 1, il a cotoyé durant prés de trente ans de compétitions les plus grands champions de cette période dont hélas bon nombre disparurent en course. Parmi ses plus grands victoires..les 24h du Mans en 1954 sur Ferrari 375...les Grands Prix de Monaco 1955 sur Ferrari et 1958 sur Cooper au total 50 victoires et 50 podiums.

trintignant.jpg


Au Grand Prix du Comminges 1949, alors en tête, il évite un spectateur qui traverse devant lui et sort violemment de la piste, il est légèrement blessé c'est un miracle! Maurice revenait toujours avec grand plaisir sur St-Gaudens lors des Rétrospectives organisée par le Club.


Charles POZZI,
1909 - 2001

1949_Pozzi_essais.jpg

Il fut un véritable gentleman drivers, sur Delahaye, Talbot Lago et Ferrari.
A couru juste aprés guerre de 1947 à 1954.
Sa plus grande victoire, fut le Grand Prix de l'ACF (Automobile Club de France) disputé sur le Circuit du Comminges en 1949. Disputé sous la canicule aprés 500 kms de course un pilote français gagne sur une voiture française Delahaye 4,5 l le Grand Prix National.

En endurance avec son ami PICARD il remporte les 12 h de Reims et les 12 h de Hyères sur Ferrari 500 Mondial.
Puis son parcours professionnel étroitement lié à la marque Ferrari est le reflet d'un grand Monsieur qui reste un exemple pour nous.

En 2001 il nous quitte et notre Club perd un ami cher, qui à plusieurs reprises apportait son soutien par sa présence dans bon nombres d'organisations du Club.

1985pozzi.jpg


René DREYFUS,
1905 - 1993

C'est grâce à sa magnifique victoire au 2ème Grand Prix de Monaco disputé le 6 Avril 1930 que René DREYFUS originaire de Nice s'est fait connaitre...engagé sur une Bugatti 35 B privée dont il était co-propriétaire avec le concessionnaire de Nice Ernest FRIDERICH, il remporte le Grand Prix devant le Bugatti Officielle de Louis CHIRON, Ettore BUGATTI n'a pas apprécié ...sur le moment seulement car en 1932 il engageait René DREYFUS (parti entre temps courir chez Maserati) comme pilote d'usine. S'en suivi une magnifique carrière émaillée de nombreux succès sur ces marques mais aussi pour Alfa Roméo (qui était déjà la Scudéria Ferrari), Delahaye, Talbot Lago.

1985_Dreyfus.jpg

La 2ème Guerre mondiale mit un terme à son épopée fantastique et dangereuse ou plus de 90 % des ses amis pilotes disparurent en course ! Ayant disputé les 500 miles d'Indianapolis en 1940 (classé 10e sur Maserati) il fut bloqué en Amérique. Il s'engagea dans l'armée Américaine et participa à la campagne d'Italie et la libération de la France.

accident_Dreyfus.jpg


Au Grand Prix du Comminges 1932, dans le dernier tour alors qu'il était en tête, il fût l'auteur d'un magistral looping devant les tribunes en raison d'une averse localisée qui avec le mélange eau/huile/gomme ce transforma en patinoire, légèrement bléssé il est évacué sur l'hôpital local, quelques minutes plus tard ce fût au tour de Jean Pierre WIMILLE nouveau leader de sortir de la route et de rejoindre René au même endroit. Le soir Freddy ZEHENDER (vainqueur chanceux du jour) vint partager le champagne de la victoire dans la chambre de l'hôpital avec René et Jean Pierre couverts de pansements en tous genres!

Vivant à New York, à chaque fois qu'il était invité en France ou à Monaco pour le GP, René DREYFUS faisait un détour sur St-Gaudens sans oublier de faire plusieurs tours de circuit avec mille anecdotes.


Voir en première partie Historique du circuit du Comminges
>

André SIMON,

en 1948, Un ami lui prète une ancienne Delahaye 12 cylindres pour disputer son premier Grand Prix aux Comminges, il rencontre des problèmes de bougies, mais termine 7ème. Son comportement en course a été remarqué par le vainqueur Gigi Villoresi qui le félicite à l’arrivée.

montlhery.jpg

en 1949, il dispute les 24h du Mans avec Pierre Flahault sur une Delahaye 135, une fuite d’eau les obligent à abandonner mais avant André Simon bat le record du tour de nuit !!!

en 1950, remarqué par Amédée Gordini, le célèbre «sorcier» en mécanique, il est engagé chez Simca-Gordini et réalise une excellente saison en Grands Prix face aux Sommer, Fangio, Ascari, Trintignant, Manzon et se classe 7 fois 2ème.

en 1952, il est chez Ferrari au sein de la Scudéria, il se classe 2ème au GP de France à Monthléry et au GP d’Italie à Monza. Au Comminges il partage sa voiture avec Ascari ainsi que la victoire et termine 5 ème des 24h du Mans.

La maladie l’éloigne des circuits. il reprend en Mai 1954 et se classe 3ème à Silverstone sur Gordini, le goût de la course revient...

en 1955, il rachète la Maserati 250 F d’Harry Schell et termine 6e au GP de Pau, 4e au GP de Rome et aux essais du GP de Monaco, il est contacté par Alfred Neubauer (responsable su service compétition de Mercédès) qui lui propose de piloter la Mercédès W 196 et il devient ainsi le co équipier de Juan Manuel Fangio et de Stirling Moss, il est pilote «d’usine». hélas le terrible accident des 24 h du Mans et le retrait des voitures de la marque perturbe sa saison, mais termine 3e sur une Mercédès 300 SLR au Tourist Trophy. Il reprend sa Maserati et gagne le GP d’Albi (F1).

en 1956, il revient chez Ferrari en Endurance et dispute les 24h du Mans avec Phill Hill sur une 625 LM (abandon alors 4e). puis pilote une Gordini 2,5 L (F1) au GP de Caen (2e).

Puis il se tourne vers le Rallye avec succès puisqu’il remporte le Tour de France sur Ferrari 250 GT, le Rallye de La Baule, le Tour de Corse sur Ford Falcon.

monza.jpg