Ascari1952.jpg

L‘histoire
du Grand Prix de 1952
par Michel Ribet
Cela s’est passé à Saint Gaudens, le 10 Août 1952.
C’est sur la toute nouvelle version du circuit,
ramené à 4,407 km et devant plus de 30 000 spectateurs,
que le champion italien Alberto Ascari remporte sur Ferrari
le 17ème Grand Prix du Comminges
devant son coéquipier Farina
points.jpg

Contrairement aux habitudes, ce n’est pas sous la canicule du mois d’Août, mais par un temps frais dû aux pluies de la veille, que le Grand Prix accueillait les meilleurs pilotes du moment.
Ferrari engageait 3 pilotes : Ascari, Farina, Simon. Gordini aussi avec les français Manzon, Berha et Trintignant. L’écurie anglaise H.W.M. avec Collins, Macklin et Giraud-Cabantous puis Rosier sur une Ferrari privée et De Graffenried sur Maserati soit au total 19 inscrits (2 forfaits de marque : Villoresi sur Ferrari, le prince Bira chez Gordini).
Après les essais, la grille de départ avec sur la première ligne en pôle position Ascari puis Trintignant et Manzon – 2ème ligne, Farina et Bayol – 3ème ligne, Berha, Rosier et Crespo … A noter le temps d’Ascari en 1’51’’ (moyenne 142,546 km/h).

GPauto1952.jpg

Dès le départ, (photo ci-dessus) Manzon se porte en tête devant Trintignant et Ascari, au deuxième tour, au virage de Beaurivage à Valentine, Ascari frotte sa roue avant avec un concurrent et fausse sa direction. Le team manager de la Scuderia Ferrari, Ugolini, arrête au stand son 3ème pilote Simon, Ascari en fait de même et prend la voiture de son coéquipier (déjà à l’époque, les consignes d’équipe étaient clairement définies).

Ascari reprend la course en 9ème position et remonte. Ce fut d’ailleurs la grande attraction de cette épreuve puisque Ascari réussit l’exploit de tourner aussi vite en course qu’aux essais. Chez les français, Manzon abandonne au stand, Trintignant s’arrête au 36 ème tour pour changer sa roue avant gauche (rayons cassés) et abandonne 2 tours plus tard (boîte de vitesse), Rosier se retourne au virage de raccordement avec la RN 117. Pendant ce temps, les Ferrari font «cavalier seul» et remportent les deux premières places devant un très courageux Berha.
Ascari, sur la voiture de son coéquipier Simon, couvrait en 3 heures, les 416 km à 138,682 km/h de moyenne.

Le Grand Prix Moto
30 tours : 350 cm3, l’anglais Bruguière A.J.S. à 123 km/h de moyenne gagne d’une roue devant Mudford (NZ) A.J.S. et Hollier (NZ) A.J.S.. Triplé des motos anglaises A.J.S., le premier français Collot termine en 6ème position sur Norton.
35 tours : 500 cm3, le néozélandais Hollier sur Norton gagne à 129 km/h de moyenne devant Collot (F) sur Norton et Bruguière (GB) sur Norton. L’autre français Guit termine 6ème sur Gilera.

GPmoto1952.jpg